Inauguration de la Centrale Biométhane de Kastellin en présence de Sébastien Lecornu

Ce jeudi 31 mai 2018 à11h aura lieu l’inauguration de la centrale biométhane de Kastellin, le 1ersite d’injection de biométhane dans le réseau de GRTgaz en Bretagne, en présence de Mr Cédric de Saint-Jouan Président du Groupe Vol-V, Mme Gaëlle Nicolas Maire de Châteaulin et Présidente de la Communauté de Communes de Pleyben – Châteaulin – Porzay , Mr Michel Canevet Sénateur du Finistère, Mr Philippe Paul Sénateur du Finistère, Mr André Crocq ConseillerRégional délégué à la Transition Énergétique, Mr Pascal Lelarge Préfet du Finistère, Mr Sébastien Lecornu Secrétaire d’état auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire, Mr Gilles Petitjean Directeur Régional de l’Ademe,Thierry Trouvé PDG GRTgaz, Mr Bernard Caugant représentant des agriculteurs et Mr François Le Fort Directeur Général de France Poultry.

Les premières démarches engagées par VOL-V Biomasse pour implanter une unité de production de gaz renouvelable local sur le territoire Châteaulinois ont démarré en 2011.  Après 5 ans de développement, le chantier démarre à la fin de l’été 2016 ; le site démarre en février 2018, et réceptionne les premières matières organiques locales ; les premiers m3de biométhane sont injectés dans le réseau de transport de gaz de GRTgaz en avril 2018.

Pour la 3èmefois, après Quimper et Montauban-de-Bretagne, le groupe VOL-V s’implante en Bretagne, grâce à ce nouveau site de production, à Châteaulin, sur la zone industrielle de Lospars. 

Le territoire de Châteaulin possède de nombreux atouts pour un tel projet, en alliant :

-      la présence de plusieurs industries agro-alimentaires génératrices de déchets fermentescibles

  • une agriculture diversifiée et tournée vers l’élevage

-      un engagement des élus locaux pour un développement économique durable en faveur des énergies renouvelables la possibilité d’injection sans limite de capacité, le réseau de transport de gaz de GRTgaz passant à 300 m du site retenu

Une première en Bretagne : injecter directement le biométhane dans le réseau de transport de GRTgaz

Les 2,2 millions de Nm3de biométhane produit annuellement seront directement injectés dans le réseau de transport de gaz de GRTgaz, grâce à une conduite située à 300 m du site de production.

 

Des objectifs de production de la centrale biométhane de Kastellin ambitieux

Avec un objectif de production de 2 250 000 m3de biométhane, soit 22 GWH/an, l’exploitation de la centrale permet de produire l’équivalent de la consommation de gaz de 6 100 personnes, soit toute la population de Châteaulin. Grâce à la centrale biométhane, Châteaulin produira 35% de sa consommation en gaz renouvelable (Distribution publique et industriel)

  • C’est déjà supérieur à la cible nationale de 10 % à l’horizon 2030

Les caractéristiques de la centrale biométhane de Kastellin

Construite sur une parcelle de 3 ha, la centrale est dimensionnée pour valoriser environ 30 000 tonnes de déchets organiques / matières organiques par an (essentiellement lisier, fumier, déchets végétaux sous-produits issus des activités agroalimentaires), dont 60% de substrats d’origine agricole et 35% d’origine agro-industrielle.

Grâce à la centrale biométhane de Kastellin, l’émission de 4 060 tonnes de CO2est évitée, ce qui correspond aux émissions annuelles de 2000 voitures neuves.

Outre le biométhane, cette unité produit un fertilisant organique riche en azote (appelé digestat : matière organique résiduelle après méthanisation). Il est valorisé par épandage sur les terres des exploitations agricoles partenaires. Le digestat solide produit sera utilisé en amendement de fond, et à épandre principalement avant les semis de maïs ou de colza.

La forme liquide par sa concentration en azote ammoniacale offre la possibilité de se substituer aux engrais chimiques. Les exploitants agricoles peuvent ainsi réaliser des économies sur le coût de stockage du fumier mais aussi sur l’achat d’engrais tout en optimisant la fertilisation avec un produit complet et analysé avant chaque campagne d’épandage par VOL-V.

Des partenariats industriels et agricoles locaux

Le territoire de Châteaulin concentre plusieurs industries agro-alimentaires génératrices de co-produits et de déchets fermentescibles ; son agriculture, diversifiée et tournée vers l’élevage (bovins, lait, porcs, volailles), est également génératrice de matières organiques.  A l’instar des groupes DOUX et Bigard-Socopa, d’autres d’industriels locaux pourront approvisionner la centrale en déchets. 45 exploitations agricoles partenaires du projet, essentiellement situés en proximité dans les communes environnantes, représentent 2 015 hectares de plan d’épandage.

Au cœur de l’économie circulaire, cette unité consolide le tissu économique et social

La centrale biométhane de Kastellin participe en effet à sa mesure à une meilleure valorisation des déchets organiques produits sur le territoire et au recyclage local des éléments fertilisants : en valorisant les matières organiques en énergie et en amendements pour les sols et fertilisants pour les cultures.

Le biométhane est au centre de l’économie circulaire. Ce modèle de projets territoriaux vise à augmenter, à tous les stades du cycle de vie des produits, l’efficacité de l’utilisation des ressources, à diminuer le gaspillage et l’impact sur l’environnement. Il s’agit de faire plus et mieux avec moins. Les projets de production de biométhane constituent une parfaite illustration des fondements de cette économie circulaire : transformer des matières délaissées en une énergie stockable, non intermittente et d’origine renouvelable qui sera valorisée localement et par ailleurs un produit résiduel qui sera valorisé en engrais.

Cette nouvelle production, non délocalisable et créatrice de valeur, permettra aux entreprises locales partenaires d’en bénéficier directement, que ce soit les industries agroalimentaires, les exploitants agricoles, ou les entreprises de services de transport, de travaux agricoles, de maintenance industrielle, etc.

Pour les exploitants agricoles, la centrale produira un résidu, appelé « digestat ». Ce sont 30 000 tonnes, composés d’éléments minéraux qui seront utilisés comme fertilisant. En effet, le digestat produit sera valorisé par épandage dans les exploitations agricolesenvironnantes. Les intérêts agronomiques des digestats sont multiples : les fertilisants qui entrent dans le méthaniseur sont conservés ; l’azote est minéralisé, il est mieux assimilé par les plantes ; le digestat peut se substituer aux engrais chimiques ; le rapport azote/phosphore est optimisé ; les odeurs à l’épandage sont réduites ou éliminées. Ceci représentera pour les exploitants agricoles partenaires une économie de l’ordre de soixante tonnes d'ammonitrates chimiques par an.

 

page