Inauguration de la Centrale Biogaz de Montauban-de-Bretagne

 

L’équipe VOL-V Biomasse, concepteur, développeur du projet et exploitant, basée à Rennes, a initié les premières démarches sur le territoire montalbanais fin 2010, afin d’y implanter une unité de production locale de gaz renouvelable.

Après 5 années de développement dont les étapes de conception, de mobilisation des acteurs du projet, de dossiers réglementaires d’autorisation en 2013/2014, le chantier a démarré à la fin de l’été 2016. En octobre 2017, le site réceptionne les premières matières organiques locales. Le 1erkWh d’électricité verte est livré sur le réseau public local fin novembre 2017.

Ce site contribue ainsi depuis quelques mois déjà, à sa mesure, à l’indépendance électrique de la Bretagne, territoire engagé de longue date dans la transition énergétique.

La Centrale Biogaz de Montauban-de-Bretagne est le 1ersite de production de biogaz d’envergure territoriale sur le département d’Ille-et-Vilaine.

C’est en outre est l’un des 3 sites bretons en exploitation du groupe VOL-V, avec les unités de Quimper et de Châteaulin (29). A Montauban-de-Bretagne, le biogaz produit alimente un moteur dit de ‘co-génération’, d’une puissance installée de 1,2 MW, produisant de l’électricité + de la chaleur utilisées localement [cf précisions plus loin].

Le territoire montalbanais, situé à une 30aine de kms à l’Ouest de l’agglomération rennaise, possède de nombreux atouts pour un tel projet, en alliant notamment :

  • un bassin agro-alimentaire développé et performant,
  • des exploitations agricoles complémentaires [élevages/cultures],
  • un engagement des élus locaux pour un développement économique durable en faveur des énergies renouvelables ;

Plus localement : l’implantation et le choix de la valorisation de l’énergie sur ce site [cogénération] sont le fruit du constat d’une synergie d’intérêts puis d’un partenariat avec les exploitants locaux se serres maraîchères, identifié dès les premières phases du projet.

Une Première en Ille-et-Vilaine : une unité de méthanisation collective en exploitation

La Centrale Biogaz de Montauban-de-Bretagne est le premier site de méthanisation d’envergure territoriale en exploitation sur le département, complétant le réseau des unités de production de biogaz agricoles en fonctionnement sur cette zone.

Elle constitue ainsi la plus importante unité de production de biogaz du département, tout en restant à la mesure de son territoire d’accueil :

Le biogaz, alimentant un moteur de cogénération, permettra la production annuelle de :

  • 9 400 000 kWh d’électricité verte livrée sur le réseau local- équivalent à la consommation de 3800 foyers environ (source : ADEME - Valeurs de référence – consommations moyennes hors chauffage, foyer 4 personnes),
  • de plus de 6 000 000 kWh d’énergie thermiquesous forme d’eau chaude, au-delà de la consommation interne du site, qui sera fournie aux serres maraîchères attenantes (exploitants Levrel Frères – coopérative Solarenn) ; Cette chaleur verte sera ainsi utilisée en substitution partielle à une énergie fossile– et participera en outre à conforter sur la durée une activité pré-existante importante sur le territoire  (>70 ETP, …)

La Centrale Biogaz de Montauban-de-Bretagne, un outil de valorisation écologique locale

Ce projet répond pleinement aux enjeux de la transition énergétique à plusieurs titres : (1) production d’énergie verte, (2) valorisation de déchets organiques du territoire, et  (3) contribution au recyclage local des éléments fertilisants.  

  • Les enjeux et données chiffrées relatifs à la production d’énergie verte ont été développés dans les paragraphes précédents
  • Valorisation de sous-produits organiques locaux

Et partenariats avec les exploitations agricoles locales :

Cette unité de production de biogaz est dimensionnée pour valoriser jusqu’à 36 000 tonnes de sous-produits organiques par an – soit : une capacité maximale d’introduction dans le process de digestion sur le site de 98 Tonnes par jour. Il s’agit essentiellement de lisier, fumier, déchets végétaux sous-produits issus des activités agroalimentaires – au global, dans les proportions de : 70% de substrats d’origine agricole et 25% d’origine agro-industrielle, le solde étant issu d’établissements collectifs / restauration,…

  • 42exploitations agricolessont partenaires et bénéficient directement des retombées économiques induites par ce projet (dont 17 exploitations sur la seule commune de Montauban-de-Bretagne) ; Les exploitations apportant des effluents (15) se situent à moins de 8km du site ; une partie de ces exploitations sont en outre étant concernées par le plan de valorisation agronomique des digestats [1565 ha épandables, dans un périmètre de 15 km du site] 

 

  • Recyclage raisonné des éléments fertilisants : Outre le biogaz, cette unité produit un fertilisant organique riche en éléments fertilisants (appelé digestat : matière organique résiduelle après méthanisation). Il est valorisé par épandage sur les terres cultivées des exploitations agricoles partenaires. Le digestat solide produit sera utilisé en amendement de fond, et à épandre principalement avant les semis de maïs ou de colza. La forme liquide, de par sa concentration notamment en azote ammoniacal mais également son équilibre en terme de rapport azote-phosphore conforme aux besoins des cultures, offre la possibilité de se substituer partiellement aux engrais chimiques, mais également pour partie aux effluents livrés à l’unité de méthanisation. Les exploitants agricoles peuvent ainsi réaliser des économies sur le coût de stockage du fumier mais aussi sur l’achat d’engrais, tout en optimisant la fertilisation avec un produit complet et analysé avant chaque campagne d’épandage par VOL-V – conformément à la réglementation et dans le respect des besoins agronomiques des cultures sur les différents éléments fertilisants. La Centrale Biogaz de Montauban-de-Bretagne permettra ainsi aux exploitants partenaires de pouvoir bénéficier d’un nouveau service rendu permettant d’optimiser la fertilisation.

Au global et en terme d’enjeu écologique plus large :

Chaque année, grâce à la Centrale Biogaz de Montauban-de-Bretagne, l’émission de plus de 5000 tonnes d’émissions de CO2sera évitée par rapport à la situation locale « avant la mise en route » du site ; ce qui correspond à l’équivalent des émissions annuelles évitées d’environ 1800 voitures circulant en milieu rural(ADEME – Valeurs de références). 

Au cœur de l’économie circulaire, cette unité consolide le tissu économique et social

La Centrale Biogaz de Montauban-de-Bretagne participe en effet à sa mesure à une meilleure valorisation des déchets organiques produits sur le territoire et au recyclage local des éléments fertilisants : en valorisant les matières organiques en énergie et en amendements pour les sols et fertilisants pour les cultures.

La production de biogaz est ainsi au centre de l’économie circulaire. Ce modèle de projets territoriaux vise à augmenter, à tous les stades du cycle de vie des produits, l’efficacité de l’utilisation des ressources, à diminuer le gaspillage et l’impact sur l’environnement. Il s’agit de faire plus et mieux avec moins. Les projets de production de biogaz constituent une parfaite illustration des fondements de cette économie circulaire : transformer des matières délaissées en une énergie stockable, non intermittente et d’origine renouvelable qui sera valorisée localement et par ailleurs un produit résiduel qui sera valorisé en engrais.

Cette nouvelle production, non délocalisable et créatrice de valeur, permettra aux entreprises locales partenaire d’en bénéficier directement, que ce soit les industries agroalimentaires, les exploitants agricoles, ou les entreprises de services de transport, de travaux agricoles, de maintenance industrielle, etc. Cette boucle est en outre créatrice d’emplois non délocalisables – sur le site, au niveau des services support, localement / entreprises transport & épandages, consolidation d’activités préexistantes – agricoles, exploitation des serres ici (> 70 ETP),…

Pour les exploitants agricoles, la centrale produira un résidu aux propriétés fertilisantes et amendantes, appelé « digestat », qui sera valorisé par épandage dans les exploitations agricoles environnantes. Les intérêts agronomiques des digestats sont multiples : les fertilisants qui entrent dans le méthaniseur sont conservés ; l’azote est minéralisé, il est mieux assimilé par les plantes – sous réserve d’être apporté à bon escient (périodes, dosages conformes aux besoins des plantes,…) ; le digestat peut se substituer partiellement [ou totalement selon les pratiques] aux engrais chimiques ; le rapport azote/phosphore est optimisé ; les odeurs à l’épandage sont réduites ou éliminée.  Ceci représentera pour les exploitants agricoles partenaires une économie de plusieurs dizaines de tonnes d'ammonitrates chimiques par an.

page